Mapstodon.space, une instance Mastodon pour la communauté des cartographes

(NB: ce billet emploie le féminin générique)

Depuis le rachat et la reprise chaotique de Twitter par Elon Musk, entre choix contestés, licenciements massifs et erreurs d’appréciation, un nombre croissant de ses utilisatrices fuient le réseau. Certaines ont fermé leur compte définitivement, d’autres le désactivent, d’autres encore (comme moi) y ralentissent fortement leur activité. L’occasion fait le larron: le côté toxique de Twitter prend le pas depuis un certain temps sur ses aspects les plus enrichissants. Pour beaucoup, nourries par de nombreux échanges de qualité, nous y restions en esquivant au mieux ses aspects les plus pénibles: l’opacité de l’algorithme qui décide à notre place du contenu auquel on accède, l’incitation permanente au conflit par dessein (“l’engagement”, qu’ils disaient), l’analyse du trafic via le raccourcisseur d’URL, etc.

Une partie de ce beau monde cherchait donc une nouvelle maison pour continuer la conversation.

Introducing Mastodon

Une alternative libre, décentralisée et interopérable à Twitter existe depuis 2016, Mastodon.

  • Libre: le code source de Mastodon est publiée sur Github sous licence AGPLv3+.
  • Décentralisée: Contrairement à Twitter, Mastodon ne dépend pas d’un fournisseur de service unique. Il prend la forme d’un ensemble d’instances (ou serveurs), administrées séparément mais qui communiquent ensemble de manière simple et transparente. Cet aspect demande un temps d’adaptation lorsqu’on arrive du web centralisé et d’une plateforme comme Twitter. L’analogie avec l’e-mail (nous échangeons toutes des courriels mais sommes inscrits chez différents fournisseurs) peut faciliter la compréhension dans les premiers temps.
  • Interopérable: Mastodon repose sur ActivityPub, un format standard d’échanges, ouvert, interopérable et documenté. Il est implémenté par un ensemble de logiciels et de services - citons Peertube (hébergement et consultation de vidéos) ou Pixelfed (alternative libre à Instagram) pour les plus connus. La migration en cours d’utilisatrices de Twitter vers Mastodon semble avoir relancé l’intérêt pour ActivityPub, alors que Tumblr a indiqué qu’il intégrerait prochainement le standard.

Si vous cherchez le mode d’emploi, cette introduction à Mastodon est un bon point de départ.

Au-delà de l’aspect technique du protocole d’échange qu’il partage avec d’autres outils, Mastodon s’inscrit dans le vaste mouvement de la Fédiverse, fédération de services libres et ouverts pensés et conçus en alternative aux réseaux sociaux fermés et commerciaux. La Fédiverse est une très belle boîte de Pandore qui dispose de plusieurs portes d’entrée - je vous invite à pousser celle de fediverse.party pour en découvrir plus.

Introducing Mapstodon.space

Enthousiasmé par Mastodon, j’avais créé un premier compte il y a un certain temps, remplacé au printemps 2020 (pendant le premier confinement) par un second sur mamot.fr, serveur mis à disposition par l’association la Quadrature du Net. Fin octobre, l’activité s’est brusquement intensifiée sur Mastodon, tandis que sur Twitter, une question récurrente revenait: “sur quelle instance m’inscrire?” - car la multiplication des serveurs, malgré des annuaires comme celui proposé par joinmastodon.org, ne semblait pas faciliter l’adoption.

Comment encourager, à mon niveau, cette joyeuse migration vers la Fédiverse et Mastodon?

J’ai choisi de passer du côté des admins en mettant à disposition un serveur spécialement destiné à la communauté des cartographes, développeuses géospatiales et autres amatrices de cartes. Mapstodon.space a ouvert ses portes le 5 novembre, porté par un jeu de mots que l’on pouvait difficilement laisser passer, et une série d’émojis tous plus cartos les uns que les autres - QGIS, COG, ArcGIS, GDAL, Google Earth ou encore GRASS GIS - la liste continue de grandir!

À la date du 28 novembre, Mapstodon atteint presque 900 inscrites, et les échanges s’y étoffent un peu plus chaque jour. C’est un plaisir de voir cette communauté naître et se découvrir, entre habituées de Mastodon et nouvelles venues. Dès l’annonce de création de l’instance, trois personnes se sont proposées pour venir m’appuyer en modération - merci à David, Darrell et Joshua.

Rendez-vous d’ici quelques semaines ou mois pour un bilan plus complet. En attendant, si les cartes ou les données géographiques vous obsèdent, nous vous attendons de pied ferme sur Mapstodon.space!

Jeremy Garniaux
Jeremy Garniaux
Développeur pour la science ouverte en archéologie

Géographe, cartographe & développeur